• Accueil
  • > Recherche : sourires femmes

Résultats de la recherche pour ' sourires femmes '

Victime ou coupable

Ce matin, pas top…

Mal dormi. Sont remontés les vieilles antiennes de ma vie (que je partage avec beaucoup de femmes… et aussi de certains hommes, aujourd’hui), la peur d’être victime ou coupable. Pourquoi cette impression d’être en permanence dans tribunal, avec comme seule perspective pour voir ma vie, un juge…

Juge intérieur, greffé pendant l’enfance, qui parasite mon âme (si, si, j’ai une âme…) et m’empêche de vivre ma vie tranquillement en faisant simplement ce que j’ai envie de faire quand bon me semble.

En soi, un juge, c’est nécessaire, s’il ne prend pas toute la place et tous les pouvoirs. C’est le surmoi de Freud, la morale sociale des sociologue, l’éthique des philosophe… C’est ce qui nous permet de vivre ensemble en bonne intelligence, dans le respect de chacun, et donc avec un code commun « a minima ».

On ne tue pas, on ne torture pas non plus, on ne viole pas, on ne fait pas preuve de violence et de méchanceté, on ne dit pas de mensonges, etc… Bref, on respecte l’autre (et le monde) comme un égal.

Oui, sauf que… moi, ce que je ressens, c’est plutôt: « on se soumet à l’autre parce qu’il est plus légitime, plus fort, plus mieux… (cocher la bonne réponse) que moi ».

Donc, soit je me sens victime (des autres, des évènements, du sort, du temps qu’il fait…) et je doute que je puisse y faire quelque chose (voie royale vers la dépression glauque du: « à quoi bon »…). Je ne contrôle rien et je suis un pauvre petit Calimero que personne n’aime et qui n’a pas le droit d’avoir ne serait-ce qu’un peu de chance… Beuhhhhhh.

Soit, je m’accuse de mes malheurs.

J’ai l’impression d’une constructive « prise de conscience » et je cherche-fouille en moi mes erreurs, mes dérapages, mes conneries qui me rendent malheureuse, ce qui ne fait que renforcer cette impression de non-maîtrise de ma vie. Parce qu’évidemment, je trouve plein de choses et rien… C’est à dire d’autres accusés (mes parents, mon éducation, ma lâcheté, etc…) qui ne sont, au fond, que des leurres. Ils appartiennent au passé, pas à l’instant présent. Je ne suis pas liée à eux si je ne le décide pas….

Et tant que j’y suis, je m’accuse aussi du malheur des autres (ben oui, je ne suis même pas capable de les aider… honte à moi) et du monde entier (si ça se trouve, le Tsunami, c’était ma faute…)… Ca fait beaucoup sur les épaules…

Du coup, je renforce une image de moi déjà pas terrible et je ne m’aime pas, de moins en moins. C’est pas enthousiasmant d’aimer une larve victime, et encore moins une maso coupable…

Donc, voilà.

ET maintenant, chers lecteurs, qu’est ce que je fais, après cette superbe autocritique ?

Je me verse une tasse de thé (bouhh il est froid… mais… tiens, c’est pas mauvais, froid… ça change) et je DECIDE unilatéralement que j’ai ma place dans ce monde. Une place normale, avec une chance normale et un droit au  bonheur normal, n’en déplaise à ce juge intérieur qui fait du zèle imbécile et qui s’amuse à accuser tout le monde…

Je sors du tribunal et je m’accorde de vivre… heureuse, tant que j’y suis.

Je suis belle, riche et heureuse (SI!)

Plein de sourires et bonne journée!

Psychanalyse rose… Freud a t’il compris quelque chose aux femmes ???

Alors, là, j’ai un gros doute…
J’espère que mes professeurs ne m’en voudront pas d’oser égratigner le grand homme, mais franchement, si ces « découvertes » et analyses sur les hommes sont globalement pertinentes, celles sur les femmes sont plus que sujettes à caution…
En tant que femme, ou bien je suis totalement et anormalement refoulée et inconsciente de ma réalité, où bien il y a un lézard dans son histoire…
Le plus drôle, dans ses théories, c’est cette idée sous-jacente que la femme soit une sorte de « sous-homme », un homme sans puissance (délimitée d’ailleurs à son pénis… petite chose la plus fragile qui soit…), un homme incomplet.
Rires !
Lui est il venu à l’idée que nous avons notre propre puissance, notre propre jouissance et que nous ne sommes pas des hommes sans pénis mais des femmes avec clitoris, vagin et seins? Quelque chose de radicalement différent, mystérieux, et tout à fait puissant. Complémentaire dans l’égalité.
Cela se voit essentiellement dans l’acte sexuel, lorsqu’il est amoureux et vrai.
L’égalité, le partage, la communication du plaisir, des énergies et du désir ne peut se faire pleinement et d’une manière satisfaisante pour les deux partenaires que lorsque chacun peut y exprimer son essence et sa puissance, à égalité totale.
S’il y a soumission ou domination, on aboutit à des pantomimes et à des actes masturbatoires et rien de plus.
Du pipeau… (encore que le pipeau, cela peut être bien aussi, mais c’est une autre histoire)
Oui, cela peut détendre un peu, mais bon, pour l’orgasme, le vrai, celui qui vous remplit d’énergie pour une semaine, c’est râpé…

Mais bon…
Ce n’est pas grave. Cela nous donne des choses à faire, à nous les psy femmes…

Le siècle à venir ne sera pas le siècle des femmes (« la femme étant l’avenir de l’homme » comme disait l’autre…) mais celui de l’équilibre entre ces deux forces de l’humanité que sont les hommes et les femmes, ou il ne sera pas.
Car les femmes ne peuvent être pleinement elles mêmes sans les hommes, et vice versa.
Ben oui, cela défrise un peu certaines féministes qui rêvent d’une jolie revanche… Mais, c’est ainsi.
Cela perturbe aussi les machos de tout poils qui perdent de leur superbe puisqu’ils ne peuvent exister sans nous, mais ce n’est pas grave.
Les uns comme les autres se limitent à une médiocrité pas vraiment top, souvent à la manière du renard qui néglige les raisins qu’il ne peut attraper en prétendant qu’ »ils sont trop verts »…

Et cet avènement du ying et du yang emmêlés devrait être mondial. Car nous vivons dans un monde devenu global, qu’on le veuille ou non.
Ne remarquez vous pas que les pays où les femmes sont encore asservies souffrent le plus et n’arrivent pas à créer de la richesse? C’est un fait. (Je ne parle pas seulement de pognon, mais aussi de richesse humaine, de qualité de vie et de sentiment de bien être)
Quant aux pays où les hommes sont asservis, je n’en connais pas. Nous n’avons sans doute pas ce gène de l’asservissement en nous, nous… Mais je rassure mes lecteurs hommes, on a d’autres défauts…

De toute façon, on n’a pas vraiment le choix.
Le monde actuel n’est pas joli joli et je crois vraiment qu’il a besoin de femmes puissantes autant que d’hommes puissants.

Et un homme sûr de lui-même, et puissant (j’ai dit puissant, pas agressif, c’est à dire capable d’accueillir la puissance opposée sans crainte) ma foi, qu’est ce que c’est bien!… Moi, j’aime bien… Car un homme puissant me respectera dans ma féminité, tout naturellement.

Je crois, d’ailleurs, qu’il y en a plus qu’on ne le pense, et qu’ils ne le pensent eux-mêmes.

Les pauvres mecs, ils ont été un peu chahutés par la « libération de la femme » des pays occidentaux. Ils ont perdu leurs repères, ne savent pas trop ce qu’on leur demande (sensible ou fort? sur de lui ou soumis? solide ou tendre ? je rapporte le pognon ou je fais la cuisine? Je lui offre des fleurs ou je tond la pelouse? levrette ou pas???) et ils ne savent plus revendiquer ce qu’ils sont.

Le passé patriarcal était néfaste et personne ne le regrette.
Mais c’est un fait qu’ il n’est pas si facile d’inventer de nouvelles règles, de nouveaux repères plus respectueux de chacun, homme ou femme. Cela prend du temps… 68 déchante un peu…

Que ce soit dans le monde du travail ou dans la vie perso, on voit des tiraillements, des peurs, des hésitations, des souffrances, des innovations sympas, qui, je l’espère, signent la gestation d’un nouvel équilibre, d’une nouvelle harmonie, plus juste.

Ce serait chouette, non ?

PS: sur ce sujet polémique, j’espère avoir des avis… sourires …


Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : New york
    <b>rue1.jpg</b> <br />
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Agnès Falabrègues et plus de 40 millions de professionnels

Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur