• Accueil
  • > Recherche : je suis alexithymique

Résultats de la recherche pour ' je suis alexithymique '

Fin d’année, début d’année… bilan ?

J’ai eu l’impression, cette année, de tirer une charrue sans les boeufs. Toute seule…

Ce n’était pas particulièrement rigolo et je me sens bien fatiguée. Je crois bien que je ne suis pas Swartzy et que passer en force, ce n’est pas mon truc…

Sans doute, je m’en mets trop sur le dos…

Et je ne tiens pas compte de mes vrais besoins, qui sont parfois plus simples que les exigences de perfections du monde. Je me suis un peu trahie, méconnue et trompée cette année. J’ai voulu croire à des illusions et oublié de regarder la réalité en face…

J’ai refoulé ma colère qui s’est transformée en tristesse, j’ai renoncé à mes limites, j’ai négligé les messages de mon corps et exigé de moi ce que je n’avais pas à faire. Je me suis épuisée à courir après les papillons diaphanes du rêve et n’ai pas pu construire les bases solides de ma vraie vie…

Bref, Bilan assez minable si ce n’est que j’ai ouvert les yeux sur ma réalité et sur mon ombre et que je commence à pouvoir prendre du recul sur ces vagues de souffrances qui me submergent et me poussent à vouloir tout foutre en l’air quand je ne maîtrise plus rien. Je commence à repérer les fragments de discours destructeurs qui me pétrifient de terreurs et me plongent dans les larmes et le néant. Les « je ne vaux rien » « Il me rejette » « je ne suis pas aimable et pas aimée » « je rate tout » « je n’y arriverais jamais » « j’ai mal et seul, lui, peut me soulager » « je ne peux rien faire pour moi » « cela ne sert à rien » « je n’en peux plus, je sombre…. », etc.

Donc, cette année, je vais essayer d’ouvrir les yeux sur la vie, m’accepter telle que je suis (avec ma colère, mon égoïsme et ma trouille), et d’aller à la rencontre de mes vrais besoins…

2013, ce sera l’année où mes enfants vont grandir d’une année avec bonheur et dans la réussite!

2013, ce sera l’année où je vais m’offrir d’aimer et d’être aimée par un homme qui aura envie de me rendre heureuse et de partager ma vie, simplement. Entre le tube de dentifrice et  les casseroles, entre fous rires et tendresse, il mêlera ses chaussettes sales avec mes bas Dim up,  laissera flirter ses caleçons avec mes culottes en dentelles (ou en coton petit bateau les jours où j’ai besoin de confort douillet), partagera ma boite de kleenex les jours de rhume, et les soupirs sur nos ex d’un air entendu… Un type qui aura sa vie et ses passions, ses envies et ses obligations mais s’intéressera aussi aux miennes, de temps en temps, histoire d’alimenter une conversation enrichissante (qui m’apprendra les mystères du turbo réacteur ou de l’entomologie (c’est un exemple), et écoutera d’un air narquois mes théories fumeuses en psychologie). Un viril poilu qui me dévorera toute entière et se laissera câliner avec furie par Moa…Un vrai mec, quoi… (toute contre façon s’abstenir)

2013, ce sera l’année de mon déménagement dans un appart plus grand, plus calme, plus lumineux et plus plus… (Bon, OK, peut être en 2014…)

2013, ce sera l’année de mon diplôme et de mon titre de pyschologue pour de vrai

2013, ce sera l’année de « je gagne des sous avec mes petites mimines, comme une grande » et je retrouve mon autonomie financière

2013, ce sera l’année de la fin de mon divorce et de la liberté, enfin !

2013, ce sera les premiers pas de Moi nouvelle manière…  C’est à dire une fille pleine de défauts (si, si, plein !), mais qui sait (enfin) où elle va et ce qu’elle veut, parmi les difficultés et les ratés « pédagogiques » de sa vie…

Et d’abord un grand ménage.

Par exemple, Lui, l’alexithymique (voir quelques articles avant), qui est si souvent aux abonnés absents… et bien, s’il ne vient pas à moi, je ne viendrai plus à lui. Tant pis. Marre d’avoir sans cesse l’impression de le harceler pour quémander l’honneur de sa présence ou d’un signe de lui… S’il ne veut faire aucun effort pour moi, je ne peux l’y obliger. Il a le droit de vivre sa vie ainsi, de ne jamais être disponible. Mais moi, j’ai le droit d’avoir envie d’une autre type de relations. Moi, j’ai besoin d’un homme qui s’implique dans une relation humaine et respectueuse, simplement, sans chichis, sans se poser des questions existentielles (j’ai peur, j’y vais, j’y vais pas…je sais pas) dans la légèreté et l’humour.

Hugh ! J’ai dit !

Bonne année  à tous !!!!

 

 

Fin d'année, début d'année... bilan ? lzn_6878-300x300

 

Alexithymique

Cure de sommeil et de repos. De lecture aussi.

Cela fait du bien… Et cela m’a permis de tomber sur l’explication, peut être, de mes problèmes avec « Lui ».

Lui qui ne parle pas, ou peu. Et qui ne me permets pas de savoir où j’en suis avec lui.

C’est vrai quoi ! Quand je fais un de ces tests crétins pour magazines féminins ou que je regarde mon horoscope amoureux (il faut bien s’occuper dans la salle d’attente du médecin ou aux toilettes de chez soi… Oh et puis, j’avoue, cela m’amuse ces idioties…) je ne sais jamais quoi lire: le paragraphe Célibataire ou le paragraphe Couple.

Bon, du coup, je choisis celui qui me plait le mieux… Mais cela me laisse un goût de pas honnête. cela fait des prédictions aléatoires, bien loin de leur côté scientifique et rassurant  de ce genre de textes…

Bref, Il n’arrive pas à dire ses sentiments. Donc, j’ai deux options:

  • Soit il n’en a pas. Mais dans ce cas, je ne vois pas trop ce que je fais dans sa vie… et lui dans la mienne. ce n’est même pas pour le sexe… 3 fois en 6 mois, on ne peut pas dire que ce soit un record de sex bomb ! (oui, j’exagère un peu, mais c’est ma vie tout de même… Cela dit, on n’est pas loin de la réalité).
  • Soit il n’arrive pas à les exprimer. Il est alexithymique et là, ça se corse grave. Parce que je suis censée faire quoi, moi, dans cette histoire ? Devenir Pénélope ? Nonne ? Faire ma vie de mon côté sans tenir compte de lui pour finir par l’oublier et aller voir ailleurs et tant pis pour lui ? Refouler ma frustration et rester la gentille copine qui renonce à ses besoins et ses désirs ? Le prendre en main et le secouer comme un prunier pour qu’il sorte enfin sa purée (sentimentale) et qu’il avoue (version « Nous avons les moyens de vous faire parler! »)? Devenir sa thérapeute et lui concocter une ou deux séances de divan (« Dis moi tout. Raconte moi ton enfance. Que penses tu de ta maman? Je comprends…. Mmmm …. oui….   Mmmmm ….. oui….. Bien sûr….. . C’est 70 € »). Lui donner le lien sur cette page ?

Je ne sais plus trop quoi faire ….

Si vous avez des idées ….

Un site que j’ai trouvé avec un test intéressant:

http://www.vaincre-anxiete-depression.com/etes-vous-alexithymique/

 

PS: Pour mon ex mari, je crois que j’ai trouvé la solution. Me pardonner d’avoir été si bête en l’épousant. Accepter que ce qui a été fut. Mais me libérer de tout lien avec lui en l’oubliant simplement. Cela passe par le pardon et le recentrage dans mon présent. Je ne suis plus la femme qui a vécu avec lui, je suis autre… enfin moi même, libre. Je tourne la page sans colère et cela me convient. Je reconstruis ma vie à partir de zéro? et bien, cela me permettra de la construire bien plus belle que celle que j’ai déjà vécu. J’en garde de magnifiques enfants et une expérience humaine riche.


Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : New york
    <b>rue1.jpg</b> <br />
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Agnès Falabrègues et plus de 40 millions de professionnels

Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur