Un peu d’histoire anti Darwin

Tous les grands pontes de la science qui croient qu’ils ont accès à la vérité révélée à leurs cerveaux (et ordinateurs) surpuissants nous disent d’autorité un certain nombre de choses qui m’agacent.

Oui, j’ai ce culot. Même pas impressionnée par leurs grands titres !

Pour autant, je ne veux pas faire pas comme eux, en prétendant savoir la vérité.

Les lignes ci-dessous ne sont que des hypothèses et des essais de réflexion.

Mais ils s’appuient sur la réflexions et l’analyse la plus poussée possible des éléments dont on dispose. Une recherche de cohérence dans le savoir.

Je ne parle ici que du paléolithique (-50 000 à -15 000 ans environ) en Europe, ce que j’ai étudié. Au mésolithique, quand le climat a changé pour devenir celui des 4 saisons qu’on connait, les choses ont radicalement changé.

Les sociétés des hommes ont toujours été construites sur une hiérarchie entre des dominés et des dominants, dans un rapport de pouvoir. Bref, il y a toujours eu des chefs.

Un groupe d’homme sans chef (ou femme-chef au pire), ça ne peut pas exister. Il y a toujours eu une concurrence entre les être humains et seuls, les plus forts (ou les plus riches) imposaient leur volonté aux autres. Donc, dès qu’il n’y a plus de chefs, c’est la gabegie, l’anarchie et les hommes sont des loups pour les autres hommes. Ils s’entredéchirent. Genre scénario à la Mad Max. Or l’histoire nous montre que les plus grandes horreurs, génocides, violences, guerres, n’ont été faite QUE lorsqu’il y a eu des chefs. Ce sont eux, les chefs, qui ont initié la violence, pour l’espace vital, leur gloire ou leur dieu. La soumission à l’autorité et la peur a fait le reste.

L’annexe à cette idée, c’est que la démocratie directe et l’autorité librement consentie sont des utopies irréalistes. L’entraide, la douceur, la solidarité sont des trucs de faibles qui ne marchent pas, qui ne construisent rien de valeur. Et bien c’est faux. La démocratie est le système le plus efficace sur tous les plans. Il engage chacun dans un projet commun, il économie les forces et l’énergie de tous et permet de créer et d’inventer des merveilles grâce à l’intelligence collective. Ne serait-ce que parce que l’intelligence est dialogique. C’est à dire qu’elle fonctionne en question/réponses. Donc, elle est la plus vive lorsque plusieurs personnes y participent dans une saine émulation, sans concurrence, dans l’égalité. L’intelligence humaine ne peut fonctionner seule. Elle s’étiole et tourne en rond. C’est la rumination et bientôt la folie. Un cerveau a besoin d’un autre cerveau humain pour fonctionner. Voilà, c’est comme ça. Le génie solitaire est un leurre. Einstein n’aurait rien été sans sa femme…

Nos ancêtres étaient des chasseurs cueilleurs, vivant misérablement d’un peu de chasse et de cueillette

N’importe quoi !

1. Ils ne cueillait rien ou par grand chose. D’abord les végétaux non améliorés ne ressemblaient à rien, voire étaient toxiques. Vous avez déjà essayé de manger une carotte du paléolithique ? ou une graine de céréale ? ou une noisette de l’époque ? Ben vous auriez eu du mal à vous remplir une dent creuse avec. Et en plus c’était pas bon. Beurk. Demandez aux paléo biologistes.

Qui plus est, vu le climat, vous aviez la majeure partie de l’année sous la neige et la glace. Vous cueillez quoi par -25 °, 1m50 de neige et un sol gelé ? Vous croyez que 3 mois par an (dégel, été, regel) ça suffit pour faire des réserves pour l’année et pour une tribu d’une vingtaine de personnes ? Sérieux ! demandez aux paléo-climatologues.

2. Ils ne chassaient pas non plus ou très peu. Juste pour le fun. Pourquoi ? Vous avez déjà essayé de tuer un mammouth (pour rappel la peau est laineuse et encore pus épaisse que celle d’un éléphant, enrobée d’une bonne couche de graisse mettant à l’abri les organes vitaux, avec une pointe de flèche au bout d’un bout de bois ? Alors un renne de temps en temps, peut être, mais franchement, aller crapahuter dans la neige dans un froid glacial pour tuer une bébête alors qu’il y avait autour d’eux des tas de carcasses congelées à disposition, faudrait être con; Et ils n’étaient pas cons. Sinon, on ne serait pas là aujourd’hui, à trembler devant un virus (parce qu’on refuse de dépenser de l’argent pour les gens qui soignent, bon). Parce qu’à l’époque du paléolithique, il y avait peu d’humains et plein de bébêtes (non immortelles), et un climat qui ressemblait aux coffres de Picard. Pour manger il suffisait d’aller se servir. ET il y en avait pour tout le monde. Pas la peine de créer une hiérarchie. Au contraire, il fallait le concours de tous pour réussir l’opération de prélèvement du gigot, de la cuisine, de la fabrication des trucs pour découper, présenter, et pour la distribution et le rangement. Sans compter sur le salage, séchage, enfumage pour se faire un peu de rab pour les jours de tempête. Bref, nos ancêtres n’étaient pas de grands guerriers, de nobles chasseurs ou d’avisés cueilleurs, mais des charognards. Et cela leur convenait très bien. Le prestige devait être plutôt au niveau de l’intelligence, de l’art, de la philosophie plutôt que de la force physique. Savoir interpréter la nature pour savoir où trouver le cadavre encore chaud (et savoir comment récupérer dessus tout ce qui était utile: viande, tendons, os, fourrure…) était plus important que de s’affronter à un tigre à dents de sabre pour la frime! Parce que, libéré du souci des ressources alimentaires et de la chasse, on avait du temps… Pour soi, pour les autres, pour créer. A preuve, les magnifiques oeuvres d’art conservées dans nos musées qui datent de cette époque.

 

Les femmes étaient dominées (genre tirées par les cheveux dans la caverne, avec un seyant déshabillé de peaux de bêtes dévoilant un bout de téton) ou des matriarches menant les mecs à la baguette (de mammouth)

Les femmes étaient puissantes et libres. Les hommes aussi. Il n’y avait pas de domination.

A quoi sert une domination ? A confisquer les ressources pour une minorité de personnes qui ont le pouvoir. Ca sert à maintenir l’inégalité.

A quoi cela aurait servi dans une époque où l’égalité était la seule condition de la survie? Car l’égalité permettait l’intelligence collective, la solidarité et la cohésion du groupe. Les ressources étaient abondantes, cela n’a aucun sens de s’en arroger une partie et de la capitaliser. D’autant plus que la viande se conserve mal très longtemps. Des céréales, de l’or, des dollars, OK. Mais de la barbaque avariée ? L’inégalité brise la solidarité et faisant du favoritisme, de la concurrence, des jalousies et des conflits et met le groupe en danger. D’ailleurs, les paléontologues ne trouvent pas sur les rares squelettes de cette époque des signes de violence sociale (genre pointe de flèche dans le crâne). Bon, on n’a pas beaucoup de squelette. C’est peut être pour cela. Bon, relisez ci dessus: comment vous faites pour enterrer mamie dans du permafrost ? Et attendre le dégel n’est pas trop possible non plus, Mamie ne ressemblerait plus à rien, et elle attirerait les charognards (il n’y avait pas que les humains).

Alors, comme vous avez lu Freud et sa Tribu primitive, vous allez me dire: les hommes pouvaient se battre pour avoir les plus belles femmes.

Alors, je n’y étais pas. Et il devait bien entendu y avoir des petites histoires de jalousies et des drames d’amour. C’est humain. Mais les femmes n’étaient la propriété de personne, les hommes non plus. Pourquoi, les femmes se sont soumises aux hommes plus tard ? Parce qu’elles dépendaient d’eux et de leur force physique pour survivre. Mais pas au paléolithique. Les deux sexes étaient à égalité et s’aimaient librement, vraiment, pour eux mêmes. La femme n’était pas un trophée. Et l’enfant le fruit de l’amour et pas un investissement (pour garder les chèvres ou hériter de la fortune). Pourquoi je dis ça ? Parce que je crois qu’elles n’étaient pas des imbécile et qu’en 30 000 ans elles ont eu le temps de s’observer, de se comprendre de se transmettre les secrets de la vie et de leurs corps. Elles maîtrisaient leur fécondité. Elle étaient les maîtresses de la vie, pouvaient décider de l’avenir du clan en mettant au monde son avenir d’entre leurs jambes.

Des petites figurines féminines ont été retrouvées avec 27, 28, 30 stries sur le corps. Les stries du milieu à l’emplacement du pubis. Calendrier lunaire ? Non ou pas seulement. Calendrier menstruel personnel. Elles pouvaient ainsi déterminer leur période fertile et adapter le nombre d’enfants de chaque clan en fonction des ressources et des désirs du clan et de leur propre désir. La naissance sécurisée par les rites de rasage des parties génitales et l’accompagnement du clan des femmes (les sages femmes) à l’accouchement. Les naissances, plus espacées, rendant les enfants plus précieux. Et sauvegardaient la santé et la vitalité des femmes.

Pas étonnant que dans l’imaginaire collectif, ces débuts du monde ont été gardés en mémoire comme le Paradis terrestre…

Aujourd’hui, on est dans un monde riche. L’intelligence et le travail humains peut produire tout ce qui est nécessaire pour tous. On a bien mieux que les pointes de flèches.

Alors on a le choix:

Soit on partage et on met en avant l’intelligence, l’amour et le respect et on construit une belle société stable et heureuse (dans laquelle chacun pour se construire son propre bonheur). On affronte les dangers ensemble et on y trouve des solutions ensemble.

Soit on préfère la domination et on va vers un monde de violence. Lutter, abattre les dominants pour devenir dominant à son tour, c’est la logique qui s’est mis en place depuis 15 000 ans. Subir, se coucher et devenir les esclaves des dominants, dans l’abandon de notre liberté et de notre propre puissance, c’est leur Projet ! Tout cela n’aboutit en général qu’à plus de souffrance.

Mais c’est vous qui voyez !

Viva la vida !

 

0 commentaire à “Un peu d’histoire anti Darwin”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : New york
    <b>rue1.jpg</b> <br />
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Agnès Falabrègues et plus de 40 millions de professionnels

Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur