le temps c’est de l’argent

Dimanche 26 janvier (à retrouver sur Luxe…)

71 kgs

Suite de ma décision de remplacer le bien être matériel par du temps et de la vie.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est bougrement compliqué par les temps actuels de sortir du système. D’abord, on s’est habitué et ralentir induit une sorte de sourde peur et culpabilité qui vous fait l’impression de devenir dépressif. C’est désagréable.

Du coup, j’ai compensé avec des douceurs (moi qui n’aime même pas le sucré !) et j’ai pris 3kgs.

Résultat, un moral encore plus dans les chaussettes.

Pour le reste, je n’ai pas arrêter de courrir, de me créer des obligations, de remplir le vide supposé et ma vie pour ne pas sentir l’angoisse. Je n’ai aps réussi à tenir mes engagements de faire régulièrement mes comptes et j’ai claqué des sous pour mes enfants… Vous savez, quand on fait des cartes bleues en oubliant volontairement de noter les montants? Impossible de résister à mes loulous.

Je me donnerai des baffes !

Par contre, je résiste assez bien aux soldes.

Je me prends un livre, un thé aux doux parfums, un fruit ou une brioche (oui, bon, je sais…) et j’oublie que tout près, dans les rues autour de moi, il ya des tentations perverses qui cherchent à me séduire avec des 50 à 70 % alléchants… enfin, j’essaie. Pour l’instant, ça va.

C’est une technique éprouvée chez moi. La fuite par la littérature, le voyage autour de ma chambre, la vie rêvée d’une autre moi même, libre du temps et des emmerdes. Cela ne fait pas avancer les choses mais, pour l’instant, c’est efficace.

Il y a la version baignoire. Avec mousse ou sans mousse, savon parfumé, eau chaude et livre. Eviter de faire tomber le livre dans l’eau et prévoir une serviette à proximité pour se écher les doigts avant de tourner les pages.

Bref, c’est une vraie aventure que de récupérer la vie telle qu’on désires la vivre et je ne suis pas au bout de mes peines…

Je crois que je vais devoir renoncer à mon fantasme de femme forte et admettre que, cette année, je vais devoir accepter d’être un truc molasson qui glandouille et ne fout rien… Une looser aux yeux du monde. Assumer ce regard très déplaisant du monde et m’en foutre.

C’est pas gagné même si je pare ma démarche de « sobriété heureuse », de « lâcher prise », de « méditation » et de « slow life », le fait est que je prends radicalement à rebours tout ce que le société attend de moi et que c’est pas facile d’assumer cette réalité là.

Bisous à tous

0 commentaire à “le temps c’est de l’argent”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : New york
    <b>rue1.jpg</b> <br />
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Agnès Falabrègues et plus de 40 millions de professionnels

Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur