• Accueil
  • > Archives pour décembre 2013

Archives pour décembre 2013

Ma vie rêvée

Elle (là c’est de moi que je parle. Au futur. Bon, ça c’est ok ?) monte les escaliers de cet immeuble cossu de Paris.

Cela sent l’encaustique que madame Michu, la concierge transexuelle qui a remplacé madame Ramirez il y a 3 ans et qui ressemble bien plus au cliché habituel de la concierge parisienne, avec ses chaussons défraîchis, son tablier à large poche ventrale sur sa robe à fleur enlaçant un embonpoint qui signe une légère propension à abuser des douceurs et sucreries, que la fine et élégante madame Ramirez, partie sous d’autres cieux, son doctorat de linguistique en poche, Bref, donc, cela sent l’encaustique que madame Michu  s’applique à mettre sur la rampe et autres parties boisées « pour que tout brille ».

L ‘épais tapis sur lequel s’épanouit des arabesques rouges et mordorées comme un bouquet de fleurs d’automne  étouffe le bruit de ses talons et amortit ses pas. Aujourd’hui, elle ne prend pas le vieil ascenceur en forme d’entrée de métro, elle monte chez elle à pied. Elle prend plaisir à se sentir chez elle dans ce bel escalier lumineux et calme qui contraste agréablement avec les bruits de la ville.

Un grand panier autour de son avant bras nu (elle revient du marché), quelques tiges d’arum enveloppées d’un bruissant papier brun à la main, elle grimpe, comme une jeune fille vers son appartement.

La clé. La porte s’ouvre. L’entrée. Elle pose son cabas sur le plancher, file mettre les fleurs dans un vase dans la cuisine, dispose le bouquet sur sa cheminée et balançant ses chaussures d’un léger coup de pied sur le tapis, elle se love dans le grand canapé d’angle qui lui fait face pour commencer le livre qu’elle a trouvé tout à l’heure à la librairie du coin (une des rares qui résistent encore à la grande distribution amazonniesque).

Un thé délicat dans un mug coloré viendra compléter le tableau.

Il fait clair, de grands pans de ciel bleu (oui, il y a du ciel bleu à Paris) éclabousse la fenêtre, et des toits gris ponctués de cheminées en brique laissent imaginer mille et une histoires sous leurs pentes douces.

Elle sourit. Tout à l’heure, elle ira à son cabinet, écouter des histoires de vies, tristes, dures, tendres, drôles, avec toutes les palettes de l’humanité dedans. Tout à l’heure, elle se mettra à son bureau pour écrire d’une jolie plume des histoires gaies, tristes, émouvantes, pleines de vie et d’humour. Tout à l’heure, elle fera un gâteau au chocolat pour parfumer la maison et un plein panier de frites parce que c’est ce que préfèrent ses enfants…

Elle sourit, pense à ces papiers plein d’embrouilles et à ces difficultés qui font que la vie est ce qu’elle est, et se dit que bah! ce n’est pas si grave.

Elle est en vie. C’est l’essentiel.

En fermant les yeux, elle pense à ce grand mec qui lui avait dit, deux jours avant de mourir, « Tu sais, il faut profiter de chaque jour comme un cadeau. Le reste, n’y pense pas. De toute façon, tu n’y peux rien. » Quel beau cadeau il lui avait fait. Elle sourit et lui envoie, où qu’il soit, une douce pensée, pleine de rires et de tendresse.

Elle sourit et pense à cet autre homme qui hante son ceour mais qui n’est pas à ses côtés. Elle ne l’oublie pas.
Elle sourit et accueille celui qui partage sa vie, ses éclats de rires et ses colères, sa cuisine et sa salle de bain. Un homme bien.

Elle a de la chance.


Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : New york
    <b>rue1.jpg</b> <br />
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Agnès Falabrègues et plus de 40 millions de professionnels

Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur