Ode à la vie

une tourterelle s’est posée dans le jardin…

Combien de temps nous reste t’il à vivre ? 30 ans? 2 jours? Nous ne pouvons que poser des conjectures vaines.

La vie est si fragile. Si belle aussi de cette fragilité. La goûter telle qu’elle est et apprécier chaque instant, non pas parce qu’il est bon ou mauvais mais parce que le fait même de pouvoir l’apprécier veut dire que nous avons la chance d’être vivants, simplement.

La mort est l’aboutissement de la vie. Basculement vers l’étrange et l’inconnu. Passer à une vie à une autre. Vivre autrement, sans corps, sans nos repère habituels. Mais la mort n’est pas la non-vie. C’est une idée insupportable.

La mort fait partie de la vie même. C’est une autre manière de vivre… Même si je me trompe et que le mort est l’anéantissement, qu’est ce que je risque à croire le contraire ? Rien si ce n’est de pouvoir profiter de la vie qui s’offre, sans crainte.

C’est plus confortable…

Et j’avoue que je préfère vivre dans ce confort là que dans l’angoisse…

Alors le choix est vite fait…

Vivre intensément ce que la vie nous offre, sans réclamer plus, sans le négliger en ne s’y autorisant pas, en reculant le « vivre » à plus tard…

La tourterelle s’est envolée. Elle était belle sur le ciel bleu si pur de ma Provence…

0 commentaire à “Ode à la vie”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : New york
    <b>rue1.jpg</b> <br />
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Agnès Falabrègues et plus de 40 millions de professionnels

Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur