Lui…

Voilà.

Je n’ai pas fait exprès. Il est arrivé dans ma vie alors que cet autre homme que j’aimais, que j’aime peut être encore, me gardait à distance et me fuyait.

J’avais mal de cette mise à l’écart,  de cette fuite devant moi, de ce refus de ce que je lui offrais. Je me sentais minable et sans intérêt pour qu’il me traite ainsi. Je n’avais pas le droit de l’aimer, il refusait de m’aimer.

Et puis lui…

Lui, il m’a écoutée, il m’a regardée comme quelqu’un de merveilleux, il m’a rendu mon pauvre sourire, il m’a fait rire, il m’a pris la main et l’a serrée avec tendresse. Il m’a dit qu’il me voulait heureuse…

Un jour, il m’a embrassée et m’a demandé l’autorisation de me caresser avec douceur et respect.

Je me suis vue belle et aimée dans ses yeux…

J’ai fermé les miens et je me suis laissée faire…

J’ai cru que cela n’avait pas de conséquence. Que je pouvais prendre cette douceur et me reposer dans ses bras de la dureté de ma vie.

Et puis, je l’ai pris moi aussi dans mes bras, je l’ai regardé.

Et ce que j’ai vu m’a plu. Trop peut être.

Je me sentais étrangement bien, étrangement moi même, joyeuse et légère, avec lui.

Me venait de l’énergie, des désirs et des envies. La vie, qui s’étais arrêtée, se remettait à couler dans mes veines… parfois comme un torrent de montagne, parfois comme une fontaine claire et bruissante…

J’ai eu envie de créer, de réussir et de vivre, grâce à lui.

J’ai eu envie de le connaître, de marcher à son pas, de le désirer, tout le temps, tout le temps…

Et je ne sais pas s’il m’aimera assez …

Le jazz joue doucement ses notes étrange dans ma maison… quelques larmes coulent sur mes joues…

Je suis seule. Avec mon clavier et mes pauvres mots.

Je suis triste, mon coeur est lourd… mais c’est malgré tout très doux. C’est tendre et un peu écoeurant comme une sucrerie, c’est beau comme une bulle de savon irisée qui tremble un peu et éclate en gouttelettes odorantes, c’est fragile et émouvant comme la vie.

Les notes du piano jouent sur mon coeur une balade mélancolique. Je pleure mais je vis. Et lui, mérite t’il tout cela?… pirouette de la vie qui nous secoue. Acceptation profonde de ce qui est, quelque soit demain, aujourd’hui je m’enveloppe dans les replis de mes rêves et je me sens vivante. C’est comme ça…

Je ne l’ai pas fait exprès. C’est né en moi peu à peu lors de nos échanges, sans que nous nous en rendions compte. La plante a germé, a grandi et sa fleur s’est lentement épanouie dans nos coeurs. J’aimerais qu’elle porte du fruit. C’est si beau, cela. C’est le sens même de la vie.

Je me sens un peu idiote d’écrire tout cela. Je me sens idiote de ne rien avoir vu venir. Prisonnière de ses yeux et de ses mains sur moi…

3 commentaires à “Lui…”


  1. 0 Emilie 11 mai 2013 à 12:27

    C’est très joli ! Joli à lire, joli à ressentir. Comme toujours, tu sais très bien décrire l’émotion que nous tous avons connu au moins une fois.
    Je t’envie presque d’être sur ce nuage d’amour qui t’enveloppe et te fait ressentir la vie.
    Profites en bien !

    Répondre

  2. 2 linda da souza 30 mai 2013 à 18:36

    très joli à lire, et émouvant. Et ça nous rappelle à tous un vécu.

    Répondre

Laisser un commentaire


Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : New york
    <b>rue1.jpg</b> <br />
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Agnès Falabrègues et plus de 40 millions de professionnels

Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur