Face à face existentiel

L’ Epreuve.

Vivre, être comme une épreuve.

Cet après midi, affronter ma peur en parlant, en affirmant qui je suis et ce que je veux vivre.

Ne plus me contenter des miettes, ne plus être sans importance, transparente, inexistante. Ne plus me contenter d’être traitée comme annexe, 5 eme roue du carrosse, strapontin, cul…

J’ai froid, je ne respire plus, je tremble, je pleure, je me sens mourir, secouée par mes émotions comme une tempête. Peur de vivre comme d’une transgression qui va me conduire à la destruction.

Interdit d’ »Etre « ,qui me vient de mes parents, interdit qui me broie.

Interdit au nom duquel je n’ai pas le droit d’exister, et encore moins d’être reconnue, aimée, prise en compte. Du coup, toute affirmation de moi, avec une valeur existentielle, toute expression de ce moi existant, devient une exigence inacceptable pour les autres, dans mon esprit malade des croyances infantiles…. Et la peur d’être rejetée, abandonnée, détruite, me glace de l’effroi de la mort.

L’épreuve d’affronter cela et d’ouvrir ma conscience à une vision d’adulte, plus large, plus haute et surtout plus sécure.

Accepter mes émotions, les bercer doucement pour les calmer. Elles sont légitimes et traduisent une vraie souffrance, une vraie peur de l’enfant dépendant, pour sa vie même, de ses parents.

Elle sait, la petite fille, que ces adultes sont plus forts qu’elle et qu’ils peuvent la détruire. Ils ont la force, les mots, les comportements, les regards qui peuvent tuer. Sa vie dépend de leur bonne volonté. Leur déplaire en existant, en désobéissant à leur ordre d’être transparente, sans valeur, inexistante, sans demandes, sans rien, est extrêmement dangereux pour elle. Elle mourrait…

Elle ne veut pas mourir, alors elle s’adapte, elle se fait toute petite, elle accepte tout et n’importe quoi, elle donne et ne réclame jamais, elle s’oublie… elle leur obéit. Elle n’existe plus.

Adulte, elle a continué ainsi. Accepté l’inacceptable pour survivre.

Jusqu’à ce que… la douleur soit trop forte. La limite atteinte.

Longue plongée dans son monde intérieur dévasté, nettoyage, rangement, table rase et reconstruction.

Et aujourd’hui, l’épreuve de devoir être, poser son être face à Lui qu’elle aime et qu’elle ne veut pas perdre. Renoncer volontairement à ce qu’elle était, cette femme restée longtemps fidèle aux croyances de son enfance qui la rendait si dépendante…

L’épreuve de devoir dire « Je », « J’ai envie », « J’ai besoin » face à lui. Avec le sourire de la tranquille assurance.

Avec humour.

Avec amour.

Et surtout pas avec peur….

Mais c’est fou comme la peur colle aux basques…

0 commentaire à “Face à face existentiel”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : New york
    <b>rue1.jpg</b> <br />
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Agnès Falabrègues et plus de 40 millions de professionnels

Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur