Problématique du désir

Cette histoire du désir, la condamnation du désir par les bouddhistes et assimilés, et même par les psychanalystes orthodoxes (freudiens)… ça me tracassait…

Etre heureux, était-ce cet état de non désir, qui évite la souffrance de la frustration puisque par essence, le désir ne peut se réaliser pleinement.

On désire un gâteau, mais une fois mangé, le même désir va renaître, avec son cortège de souffrances liées au manque. Le désir ne peut être comblé (alors que le besoin oui). Il renait sans cesse telle un phénix, nous manant dans le bateau de l’insatisfaction chronique… On ne peut jamais posséder ce que l’on désire, cela tue le désir.

Avoir 10 000 gâteau en permanence écoeure et tue le désir, l’envie, l’en-vie…

Ben oui (même si je fais ma lacanienne de base), le problème est que lé désir est ce qui nous donne envie de vivre, ce qui nous maintient en vie. C’est le moteur de notre accomplissement et de notre bonheur…

Alors, quoi ?

Le désir comme acteur de notre frustration et de notre malheur, ou permettant notre bonheur… Y a un truc…

Heureusement que Bibi est là pour tout vous expliquer… ou du moins essayer.

Ma version à moi de ces choses c’est que:

Le désir est notre énergie de vie. Elle n’est ni bonne ni mauvaise, elle est.

Le désir est un besoin vital pour notre vie. C’est grâce au désir que nous pouvons grandir, apprendre, nous réaliser, devenir nous-mêmes, être heureux de vivre et de continuer à vivre demain et toujours (quelque soit notre forme au fil de nos transformations).

Mais il peut aussi nous bloquer, ou plutôt nous pouvons bloquer cette énergie on nous fixant un but prédéfini, choisi avec nos peurs ou nos petitesses et nous fermant à tout autre chose. Obnubilé par cette chose (le gâteau de cette pâtisserie, l’amour de cet homme (le sexe de cette femme ou le sexe en général), ce travail là, cette somme d’argent, cette belle voiture…) on se ferme à tout ce que la vie nous apporte, par la grâce du chemin parcouru grâce au désir.

Le désir nous met en mouvement, mais il faut laisser la vie nous offrir le but. Vouloir quelque chose n’est pas mauvais, mais le faire d’une manière exclusive, si. Accepter de changer en route permet la souplesse de la vie de se manifester et nous donne de magnifiques cadeaux de bonheur… même si on ne sait pas au départ ce qu’il y a sous le papier cadeau… Il est important d’aller le chercher… et sans désir… on ne bouge pas.

Vous en pensez quoi ???

0 commentaire à “Problématique du désir”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : New york
    <b>rue1.jpg</b> <br />
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Agnès Falabrègues et plus de 40 millions de professionnels

Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur