Moi, je m’aime…

Yes…

Vous voulez savoir quel est le secret du bonheur ? S’aimer.

Non pas s’idolâtrer, ni s’auto-confire dans la contemplation de son nombril, mais s’aimer simplement, comme on aime les autres.

S’aimer, c’est d’abord savoir qui on est. S’aimer, c’est se connaître. D’ailleurs dans la bible, l’acte d’amour n’est il pas dit ainsi: ils se connurent…

Se regarder dans sa réalité, nue, crue, sincère. Observer nos comportements et la raisonnante que nous donnons aux autres en nous, que touchent ils, comment je réagis, où et pourquoi je me protège ? qu’est ce que j’essaie d’obtenir ? quel sont mes besoins et mes manques ?

Quels sont mes richesses ? Qu’est ce que j’ai déjà fait ? qu’est ce que je réussis, qu’est ce que je rate.

A quoi je ressemble ? Est ce que mon image correspond à ce que je ressens être au fond de moi ou n’est ce qu’une armure censée me protéger du monde ?

Connaître, donc, ses lumières et ses ombres, être rempli de soi, accepter la plénitude de l’être unique que l’on est… Sinon, ça sert à quoi que L’Univers, Dieu, l’Etre suprême, la Vie, le non-nommé, le mec là haut, le Hasard (barrer les mentions de nos incroyances personnelles) y se soit décarcassé pour nous créer… Hé !

S’aimer c’est surtout être libéré du besoin d’être aimé par les autres.

Puisqu’on est bien avec soi même, on n’a plus besoin que l’autre vienne combler ce grand vide primordial, ce manque d’amour qui nous fait exister. On n’est plus seul dans un océan de néant, notre voix est entendue par la personne qui a seule accès à la profondeur de notre être: nous. La seule personne qui peut nous comprendre parfaitement est nous mêmes.
C’est peut être dommage mais c’est ainsi. L’autre est toujours un autre, c’est à dire un être différent, inconnaissable. S’il n’est pas autre, c’est que nous avons projeté sur lui notre image idéalisée de nous mêmes, que nous l’utilisons comme un miroir, pour avoir l’illusion d’exister. La fusion n’est pas l’amour. Elle n’est qu’amour égoïste de soi même à travers l’autre. L’autre n’a plus d’existence propre, il n’existe que pour nous, par nous. Il est nous.

Comment pourrait on l’aimer, cet être que nous ne voyons même pas ? C’est impossible. Il est un objet de désir, pas un sujet d’amour…

Bref… aujourd’hui, est née une nouvelle moi. Une Moi qui a des défauts, des fragilités et des faiblesses, mais aussi des qualités et des talents. Une moi que je vais apprendre, que je vais respecter, accepter, dont je vais prendre soin avec amour.

Aujourd’hui, je vais enfin pouvoir vraiment aimer tout court, dans le respect et la liberté de l’autre.

Je n’ai plus BESOIN d’être aimée, mais j’en ai très envie, pour m’enrichir de la différence de l’autre et échanger …

Vous savez quoi?

Ca fait tout drôle….

0 commentaire à “Moi, je m’aime…”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : New york
    <b>rue1.jpg</b> <br />
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Agnès Falabrègues et plus de 40 millions de professionnels

Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur