Retour de thérapie (n… je ne sais plus le numéro…)

 

Pouvez vous m’expliquer pourquoi je m’obstine à offrir des cadeaux et à vouloir donner?

Evidemment, pour que cela soit plus drôle, je ne choisis de donner (mon temps, mon amour, mon argent, mon corps etc…) uniquement à ceux qui ne peuvent pas recevoir…

Logiquement, cela se passe mal, je suis déçue, blessée et je me sens détruite…

Il me viens des ruminations à la con du genre: « Je ne suis pas assez bien pour que l’on m’accepte, pour qu’on accepte ce que je veut donner… Je suis nulle, abandonnée, morte… »

Comportement appris dans l’enfance, stratégie de survie, alors que je n’avais pas le choix. Pour obtenir des miettes d’affection, je me suis vue obligée de donner sans compter, beaucoup, beaucoup pour que mon minimum vital soit satisfait. Et quand cela marche (parce que, cela marche parfois, l’offre peut être alléchante… ça, je sais très bien faire… Je « sens » les besoins et les désirs de l’autre et je sais y répondre.), je me sens utile donc habilitée à exister, même si ce que j’obtiens est ridicule et sans commune mesure avec mes réels besoins.

Je respire un peu. Je prend une goulée d’oxygène pour la suite du voyage en apnée. Car l’autre, s’il prend volontiers quelque chose qui lui est offert sans qu’oil fasse le moindre effort, n’a pas du tout l’envie de me rendre la pareille… Il n’est pas comme moi, et se tape le coquillard de savoir ce dont j’ai besoin ou envie… Il profite simplement de l’occase. Point. Et après tout, pourquoi pas puisque je me mets moi même en libre service ? C’est à moi de me poser, de m’affirmer comme quelqu’un, de prendre une place et de poser des limites. Pas à eux…

 

Du coup, j’ai peu à peu, au fil du temps, « oublié » mes besoins pour ne voir que ceux de l’autre. Et mon existance a fini par ne tenir qu’au rôle que j’étais capable de jouer vis-à-vis de cet autre, à l’utilité que je pouvais avoir pour lui…

Je me suis mise à fonctionner uniquement ainsi, dans un automatisme de comportement qui a fini par s’inscrire en moi, dans mes schémas de pensées autant que dans mon corps.

Plus la relation est difficile, plus je peux y jouer un rôle en m’occupant des désirs de l’autre (sans qu’il l’ait vraiment demandé) , plus je peux agir, être utile, exister.

Si c’est trop facile, si l’autre vient vers moi de lui même, sans que j’aie à en prendre l’initiative, c’est qu’il y a un lézard quelque part. Soit on va très vite découvrir ma non-utilité (ma non-valeur qui est pour moi une évidence) et donc cela va finir par un abandon, on va me jeter, soit cela cache quelque chose. Que quelqu’un s’interesse à moi pour ce que je suis, ce n’est pas NORMAL. Je ne peux exister en face. Frustration de mon rôle, vide existentiel…Malaise.

Mes jambes n’existent pas. Elle ne servent pas à donner… A quoi bon les sentir, les avoir vivantes, pour aller où ?

Bon, Casser ces répétitions à la con…

Oui, mais je ne vois pas le chemin…

En même temps, il m’appelle.

Bizarre paradoxe, conflit en moi. Je veux et ne veux pas…

Goûter dans mon jardin, je profite des dernières semaines de la possession de l’herbe verte, des cerises et des fraises des bois ;

Il fait soleil et les abeilles dansent autour de moi pendant que je tape mon texte. Je suis vraiment bien.

Pourquoi cette sensation de bien être tellement réelle, que je ressens si profondément et en vérité, ne me donne pas en même temps le sentiment d’être?

Comme si j’étais une poupée, une marionette capable de sensation mais que le cœur de mon être demeurait glacé et mort, interdit de vie. Coupée en deux. Nourrir mon être, arriver à me sentir moi, pleine et entière suffisamment vivante pour me servir de mes jambes pour aller où je veux et non là où ceux dont j’espère l’amour me disent d’aller en échange d’un peu d’attention….

1 commentaire à “Retour de thérapie (n… je ne sais plus le numéro…)”


  1. 0 Amaury Darton 22 mai 2011 à 22:14

    Répondre

Laisser un commentaire


Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : New york
    <b>rue1.jpg</b> <br />
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Agnès Falabrègues et plus de 40 millions de professionnels

Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur