Chemises de nuit…

J’ai écrit, en son temps, un article sur les petites culottes des filles…

Je voudrais désormais m’attacher à la problématique des vêtements de nuit, après celle des vêtements de dessous.

Le point commun entre ces deux sortes de pièces vestimentaires est qu’ils ne sont ordinairement pas visibles par les personnes non admises dans notre intimité…

Cependant, si les garçons sont très désireux de faire connaissance avec les culottes et autres soutien-gorges, quitte à les enlever à peine entrevus, ils sont nettement moins enthousiastes vis à vis des vêtements de nuit. Très clairement, ils nous préfèrent en tenue d’Eve lorsque nous passons la nuit dans leur lit (ou eux dans le nôtre).

Je ne dis pas dans leurs bras, parce qu’il faut bien avouer que, passé les quelques minutes d’amour fou et de plaisir érotique ayant (généralement) abouti à une conclusion satisfaisante (au moins pour eux), ces messieurs ont une très forte tendance à se tourner de leur côté pour ronfler tranquillement.

Bon, c’est vrai, il en est qui font l’effort que nous câliner un peu, après, mais on sent bien que :

  1. Ils meurrrrrent de sommeil et ont la paupière plus que lourde
  2. Cela leur fait mal au bras et à l’épaule de nous avoir dessus (même que la tête, même si on a fait un régime draconnien qui nous a rendues filiformes et légères comme une plume… les os, cela fait quand même mal… plus même, c’est plus dur que le moelleux de la chair fraîche.)
  3. Ils n’aiment pas trop avoir nos cheveux qui viennent les chatouiller (le nez, la bouche, ailleurs…) Mais la solution »bonze » rasée de près ne convient pas à tout le monde…
  4. On leur donne chaud… collées à eux comme ça…

Alors, on est sympa, et on s’écarte doucement pour laisser le mâle prendre son repos du guerrier bien mérité.

Bon. Mais, du coup, quel intérêt de rester à poil ? On risque le courant d’air, et le coup de froid si l’Homme nous pique la couette dans son sommeil à l’insu de son plein gré…

Et pour aller faire pipi dans la nuit, cela devient digne des ruses de Sioux pour éviter, au choix: des colocataires, des enfants (à l’un ou à l’autre), le chien, le froid d’un WC non chauffé, des parents insomniaques ou des cambrioleurs maniaques (ça, c’est pour la musique du texte… j’ai assez rarement rencontré des cambrioleurs, encore moins maniaques et en pleine nuit…) On a le choix: soit on y va comme ça (nue), soit on récupère au jugé un truc par terre et on se retrouve affublé d’un tee shirt de monsieur oublié sous le lit après un super jogging et qui pue comme un animal sauvage (ce qui pose le problème supplémentaire de la désodorisation au retour…)

Bref, c’est pas pratique…

Sauf…

Sauf pour mOnsieur, qui se garde comme cela la possibilité de vous tripoter sans entraves si jamais il se réveille la nuit… On ne sait jamais… ou même de recommencer un tour de manège… Il est des nuit dont il faut profiter à fond car elles ne reviennent pas souvent (because éloignement, situations compliquées, migraines chroniques ou autres…). Et puis, c doit être un sorte de principe. Car parfois il ne se passe rien. Mais il faut être sans rien sur soi quand même.
Pourtant il y a des ravissantes nuisettes en soie… Dans les publicités, on a l’impression qu’habillées de la sorte, on va mettre les messieurs en transe… Que nénni!… J’en ai plusieurs dans mon armoire, et je n’ai jamais réussi à les mettre… « Ils » faisaient un drôle de nez quand je sortais ces charmantes petites choses et « ils » les envoyaient balader d’un air méprisant avant de s’occuper de ma seule nature… C’est frustrant. C’est que cela coûte cher, en plus. Et puis, moi, je me trouve jolie dedans… Mais nous ne devons pas avoir la même conception du « joli », moi et eux…

Bon, bien sûr, je ne parle pas des bonnes vieilles chemises de nuit qui vous descendent jusqu’aux pieds (et vous entortillent accessoirement dans votre sommeil. Deux ou trois retournements et vous êtes saucissonnée comme une pièce de charcuterie…). Pas très sexy et pas si confort que cela…

Il reste le pygama. Il y en a de très sympa. Et d’assez jolis. En général plus rigolos que sexy, ils peuvent cacher leur jeu dans un beau décolleté ou une indécente transparence… Mais je n’aime pas trop. Question d’hygiène et de confort. Je trouve assez limite de remettre un pantalon porté sans culotte plusieurs fois de suite (si vous voyez ce que je veux dire…), en outre, j’apprécie d’avoir les fesses à l’air au moins la nuit (il faut que cela respire cs petites choses là… et dans la journée, j’essaie d’éviter, cela pourrait faire jaser…). De plus, en général, la couture a tendance à me rentrer dedans… ce que je n’aime pas du tout. Du moins de la part d’une couture…

Je vous laisse imaginer ce que je peux porter la nuit, sachant que je suis la seule à occuper mon lit… Et donc que je n’ai personne pour me réchauffer si j’ai froid et accessoirement pour me demander de dormir nue.

Je suis donc habillée.

D’ailleurs, j’aimerai bien que les hommes que je rencontre aient plus envie de découvrir mes nuisettes que mes culottes; cela voudrait dire qu’ils assument d’aller au delà de la seule partie de « papates en l’air » et de partager le cours de ma vie…

Et j’avoue qu’un mollet chaud où plaquer mes pieds froids me fait très très envie…

Un petit déjeuner au lit le week end aussi… et puis le reste…
Mais bon… en attendant, je met des chaussettes, et je me fais mon plateau pour moi toute seule, avec des fraises, un thé, des tartines et un bon bouquin…
 

 

0 commentaire à “Chemises de nuit…”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : New york
    <b>rue1.jpg</b> <br />
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Agnès Falabrègues et plus de 40 millions de professionnels

Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur