Aimer, dit-elle….

Je commencerais par une citation:

« Vous voulez qu’on vous aime ? Il existe une recette magique: commencez par aimer. Ne demandez pas, donnez, il vous sera suffisamment rendu. Si l’on ne vous offre rien, il vous restera le plaisir du don. Quelle qu’en soit la manière, il est exquis d’aimer.

Aimer les gens, c’est les prendre tels qu’ils sont, non selon notre attente ou notre philosophie. Celui qui arrive en retard a des ennuis avec son temps, pas avec le vôtre. Celui qui n’écrit pas n’aime pas écrire. Il n’a rien contre vous.

Qui prétend aimer sans trouble s’illusionne sur l’amour. Telles ces femmes, qui dans l’attente de l’^tre d’exception, demeurent vierges et solitaires…. »

Albert Memmi, Bonheurs, ed Arléa

Il y a dans ce petit livre un florilège de jolies pensées qui illuminent une lecture. Celle-ci sur l’art d’aimer me semble plus juste que toutes les pages d’Ovide. Oui, aimer, c’est savoir donner gratuitement. Et savoir recevoir ce que l’autre donne. Tout en lui laissant la liberté d’être lui même et de ne pas avoir envie de donner.

Ah c’est dur !!!! L’enfant qui est en nous exige la réciprocité. « Si je l’aime, il doit m’aimer ! » C’est obligatoire, sinon, ce n’est pas juste ! Et on tape du talon, dans une grosse colère contre cet ingrat qui a le culot de ne pas nous donner ce qu’on lui réclame. On a payé ! on veut notre dû !

Et on ne comprend pas qu’il s’y refuse… On est tellement pareil! on se reconnaît tellement dans l’autre, il y a tant de correspondances dans cet amour fusion! on pense pareil, on aime les mêmes choses…. donc, si je l’aime, il est impensable qu’il ne m’aime point.

Ben oui, mais là, on est devant un miroir, pas devant un autre.

Un autre, il est différent. Il ne correspond pas à cet idéal du moi que l’on projette sur l’objet de notre amour. On a besoin de lui mais on ignore ses besoins à lui. Ou plutôt on suppose qu’il a besoin de nous… C’est évident … Sinon, c’est qu’on a failli, qu’on n’est pas assez bien…

Et on essaie de savoir ce qu’il a envie que l’on soit pour le devenir. Et on se travestit avant de sa casser la gueule.

On oublie que si l’autre nous aime, c’est simplement parce que l’on est soi et que ce soi résonne e lui comme un mystère qui éveille son désir. Nos défauts, il les a vus. Mais il les aime car ils font partie de nous. Il ne fait pas un tri. « Bon alors, je garde les jambes, la bouche, les cheveux et le sexe, mais je laisse les oreilles, les seins et le ventre…. Quand aux bras, j’hésite… »

Bien sûr il y a des gens qui ne se peuvent aimer. des gens narcissiques qui se contemplent das le reflet de l’eau de la source et ne s’intéressent qu’aux autres eux-mêmes; cela fait des amoureux romantiques et délicieux jusqu’à ce qu’ils réalisent que l’autre est autre et donc différent d’eux mêmes; Là ils se détournent d’un air dégouté, se disent trahis par ceux qu’ils ont trahis, et larguent leur dulciné ou leur prince charmant comme une vieille défroque. Beurk !!!!!

Il y a des gens, également qui prennent possession de l’autre pour ne pas être seul. Car, infantiles, ils ne savent pas être adultes et autonomes. Ils ont besoin qu’un autre, représentation de leurs parents (souvent défaillants dans leur enfance), prennent soin d’eux. Leur amour jaloux enferme l’autre dans une parodie d’amour. Ils donnent tant, souffrent mille mort par amour, sont pathétiques, suicidaires, tentateurs, que l’autre est culpabilisé et n’ose vivre sa vie. L’autre est un roi prisonnier, adulé, idéalisé, et au service de ces amant(e)s. Ils deviennent des objets, non plus des sujets.

Quant aux femmes qui finissent seules, elles ne sont pas seules. Rejointes par des hommes solitaires en attente de leur femme idéale (souvent un clone de maman) et des frustrés se contentant d’une relation bancale, persuadés qu’il ne trouveront jamais mieux.

0 commentaire à “Aimer, dit-elle….”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : New york
    <b>rue1.jpg</b> <br />
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Agnès Falabrègues et plus de 40 millions de professionnels

Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur