Je m’abandonne

Il y a des moments dans la vie où on a l’impression de ramer contre le courant… Plus on rame, plus le courant est fort.
On s’épuise, on s’acharne mais rien ne tourne comme il faudrait et plus on s’active, plus cela va mal. Comme si subitement l’univers avait décidé que tout tournerait à l’envers. Plus aucune action n’est efficace. C’est la cata.

Tout est contre nous. Au boulot, les dossiers semblent prendre plaisir à se compliquer à loisir, les collègues vous envoient promener, les pépins qui n’arrivent jamais se mettent à se multiplier…

A la maison, c’est du même acabit. Les enfants multiplient les catastrophes, collectionnent les microbes et les virus comme d’autres les timbres, le chien se lâche sur le tapis, les machines refusent de fonctionner normalement et s’amusent à fuir en inondations généralisées, le téléphone sonne, le petit dernier tartine la télé de Nutella, la belle mère arrive à l’improviste et le conjoint se met aux abonnés absents car il traverse un coup de grisou au travail et il est débordé.

On se retrouve tout seul, à gérer l’ingérable. Plus on essaie de résoudre les problèmes, plus ils se multiplient… La vie devient une hydre géante. Quand on lui coupe une tête, il y en a deux qui repoussent comme dans Scoobidou… (oui, parce qu’au fond du désespoir on a mis scoobidou aux enfants pour avoir un peu la paix de ce côté là. Ok, pas glorieux… en cela nous met une couche de culpabilité pédagogique en plus…)

Aujourd’hui, c’est un peu ça dans ma vie. Moins la Belle mère et le conjoint car je n’ai plus ce genre de problème dans ma besace. Mais elle est bien lourde quand même…

Impossible de trouver un stage pour mon année de Master. J’en suis à une bonne trentaine de coups de téléphone et rien. Soit les stages sont pourvus, soit il n’y en a pas, ou plus…

Mes enfants me demandent de pallier aux manques de leur père et de tout prendre en charge à sa place, de donner mon temps, mon énergie, ma santé et mes revenus. Comme si tout cela était inépuisable et que j’étas corvéable à merci. Je n’en peux plus…
Et dans ma vie perso, les silences  ceux que j’aime associés à quelques fantômes du passé viennent me hanter et me faire mal…

Alors…. j’abandonne… je m’abandonne au ciel… On verra bien…

1 commentaire à “Je m’abandonne”


  1. 0 Agnès R 10 sept 2010 à 20:24

    Tu sais bien que la vie, c’est comme une vague ! des fois, t’es en haut, et puis des fois, t’es en bas… mais quand tu es en bas, tu ne peux que remonter ! alors t’inquiètes, ça va aller comme sur des roulettes dans pas longtemps !
    Bisous et courage !

    Répondre

Laisser un commentaire


Commentaires récents

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne
  • Album : New york
    <b>rue1.jpg</b> <br />
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Agnès Falabrègues et plus de 40 millions de professionnels

Laisse moi mettre des poème... |
Le Dragon de la Rivière |
Tisseurs de Mondes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Nothing to Say
| Au delà des apparences...
| Les Aixclats du coeur